web analytics

Nous venons de vivre trois journées de deuil, rassemblement et marches historiques, tant par le nombre de participants que par l’émotion et le sentiment de pouvoir être ensemble avec nos différences, dans une même communion.

Et maintenant, quelques jours plus tard, comment avancer ensemble ?

Quelle suite au hashtag : Charlie c’est nous ?

Quelques extraits de l’éditorial de Laurent Joffrin du journal Libération du dimanche 11 janvier 2015 : « L’émotion ne chasse pas la lucidité. On sent bien, derrière le bouclier du sentiment démocratique, poindre les ferments de la division (…) Le spectre d’une société communautaire se profile derrière l’affliction générale, avec son cortège de préjugés, de haine et d’imbécilité. Pour réduire ces fractures, dont l’origine est intellectuelle autant que sociale et économique, la lutte patiente des professeurs, des éducateurs, des syndicalistes, des associations ou des travailleurs sociaux doit se poursuivre sans relâche. Mais il faut aussi une conviction commune. Nous n’avons qu’une religion, celles des droits humains et des libertés publiques. Elle ne va pas sans un minimum de confiance dans l’avenir. Le progrès, réaffirmé en même temps qu’il est révisé dans sa conception, à l’aune des enjeux planétaires. »

Nous sommes le produit de notre culture. Par culture, il nous faut comprendre qu’une part importante de nous même est constituée de notre patrimoine collectif. Nous nous sommes construits au fil des millénaires en intégrant les différentes adaptations et évolutions d’homo sapiens. Nous sommes constitués de parcelles héritées des générations antérieures, en quelque sorte notre identité singulière est une identité plurielle qui nous habite et que nous développons en permanence. Prenons un peu de temps pour nous imprégner des alertes qui ont précédées les évènements tragiques de ce début d’année 2015 : Nous vous proposons de commencer par la sociologue Dominique Méda, en collaboration avec T. Coutrot et D. Flacher (2011) dans « Les chemins de la transition » : «Nos sociétés font face à une crise aux multiples dimensions.

Une crise économique : nous sommes bien loin d’être sortis des ravages provoqués par le dérèglement du capitalisme foncier.

Une crise écologique : la survie de l’humanité sur notre planète est incompatible avec la pérennité des modèles actuels de production et de consommation généralisés à l’ensemble de la population mondiale.

Plus profondément encore, une crise de sens : la configuration idéologique qui s’est répandue ces trente dernières années – un alliage de libéralisme et d’économicisme prétendant réduire les comportements humains à la maximisation de l’intérêt personnel et la société à une collection d’individus – a désormais montré toutes ses limites sans qu’un paradigme alternatif n’émerge encore.

L’idée qui légitimait le capitalisme, considéré comme le seul mode efficace d’allocation des ressources, se trouve profondément mise en cause : la triple crise que nous venons d’évoquer semble bien intrinsèquement liée à ce type de développement, destructeur de la cohésion des sociétés humaines et de leurs biens communs, en particulier de tous ceux que l’on rassemble sous le terme bien flou d’environnement. Aujourd’hui, c’est le capitalisme lui-même qui apparaît mis en cause dans la démesure qui a saisi nos sociétés, dans la recherche effrénée de la rentabilité, de l’intérêt matériel, de la maximisation des quantités produites et des profits générés qui caractérisent ce mode de développement. (…) Nous sommes des utopistes ? Peut-être (…)

Nous prétendons possible une société où prévalent les êtres humains, la qualité de leurs liens et de leur vie, la cohésion des sociétés dans lesquelles ils vivent et l’égalité de leurs conditions, et non des fétiches comme le taux de profit ou le taux de croissance. Mais pas utopistes au point de négliger la question clé des transitions : nous souhaitons aussi dessiner les chemins qui pourraient nous rapprocher d’un monde soutenable. »

Share Button

Une réponse à Nous sommes Charlie, (et après ?) : par Etienne WEBER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher
Compteur de visite
Mes Statistiques
Calendrier
janvier 2015
L M M J V S D
« Déc   Fév »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031