web analytics

Energie Libre et Technologies

Voici la préface du livre “Energie Libre et Technologies” de la journaliste Jane MANNING rédigée par Dr Brian O’Leary, lui même Physicien et ancien astronaute.

Vous pouvez  télécharger ce livre ici : http://www.arsitra.org/yacs/files/article/1279/Energie-Libre-et-Technologies.pdf

energie_libre
“Ceci pourrait être un des livres les plus importants que vous ayez jamais lus. Il décrit l’évolution rapide des progrès faits pour rendre utilisable une source d’énergie, dont beaucoup d’entre nous pensent qu’elle va radicalement changer la face du monde. Il s’agit de l’énergie du point zéro, issue des fluctuations quantiques dans le vide de l’espace. Beaucoup de gens l’appellent « énergie de l’espace » ou énergie libre.
Certains d’entre nous pensent qu’une révolution se prépare, parce que l’énergie libre qui nous entoure est un immense réservoir d’énergie propre et décentralisée ; ce qui fera que les sources d’énergie actuellement utilisées seront considérées comme des cauchemars préhistoriques qui encombraient nos paysages de déchets et polluaient notre air. Cette  évolution pourrait sonner l’heure de la naissance d’un nouveau paradigme dans la science et la technologie, à côté duquel les révolutions coperniciennes et industrielles paraîtront anodines. Ce sera un bouleversement sans précédent d’investir les deux billions $ qui, jusque-là, étaient investis dans des systèmes d’énergie obsolètes, dans d’autres systèmes respectueux de l’environnement, qui ne seront même pas onéreux.
Des systèmes électriques, basés sur des dispositifs compacts sans parties mobiles, remplaceront probablement les fusibles et les disjoncteurs dans les maisons et bâtiments. Nous pourrons enfin nous déconnecter du réseau électrique. Les nouveaux distributeurs d’énergie seront aussi portables et les condensateurs, comme les batteries, seront superflus. Ils remplaceront les moteurs à combustion interne dans nos voitures et dans les autres systèmes de transport ou dans l’industrie. Et ils pourront servir à la campagne, pour accroître de manière radicale le rendement des machines agricoles (par exemple, le pompage pour l’irrigation), et, partant, ils contribueront à l’élimination de la famine dans les pays du Tiers Monde.
Mais il nous faudra développer une politique du bon usage de ces appareils à énergie, définissant les justes mesures pour des applications finales intelligentes, afin d’éviter tout usage excessif ou leur utilisation en tant qu’arme de guerre. À plus long terme, je pense que nous découvrirons comment l’énergie de l’espace peut aussi être mise en pratique dans des systèmes de propulsion antigravitationnelle.
Alors qu’est-ce qui nous empêche de tout mettre en œuvre pour le faire ? Il semble que depuis l’époque de Nikola Tesla il y a un siècle, nous avons passé l’énergie « libre » sous silence. Nous avons tous développé quelques peurs qui sont bien enracinées, et qui nous empêchent d’avancer – des peurs qui n’ont pas encore atteint la conscience publique. Pourtant, malgré toute la répression, le bon génie de l’énergie est finalement sorti de la bouteille ; c’est ce que nous révèle clairement Jeane Manning dans ce livre.
Tout d’abord, je voudrais vous dire ce qui sous-tend mes graves propos. Il y a environ vingt ans, alors que l’OPEP faisait monter les prix du pétrole et qu’une crise de l’énergie éclatait, j’ai commencé à observer comment, nous, dans notre culture, nous abusions de l’énergie.
Est-ce que vous vous rappelez les queues aux stations-service au milieu des années 70, les estimations sinistres concernant l’augmentation de la pénurie de pétrole, la pollution de l’air, les marées noires, les guerres du pétrole, la possible fusion du cœur de réacteurs, la contamination par les déchets radioactifs, la prolifération de l’armement nucléaire dans les pays étrangers, sous couvert de production d’énergie (comme en Corée du Nord), et toutes les autres prévisions funestes ? Or, à l’approche de cette fin de millénaire, où en sommes-nous avec cette crise de l’énergie ? Qu’est-ce qu’on a fait du rapport de Rome sur les limitations de la croissance ? Beaucoup d’entre nous se souviennent que, à mesure que les années 70 s’écoulaient, le cartel de l’OPEP a commencé à desserrer sa poigne, les prix du pétrole ont chuté, et Ronald Reagan fut élu Président des États-Unis.
Ce fut comme si par quelque décret magique les mass-media et la conscience publique avaient décidé qu’après tout, il n’y avait jamais eu de crise de l’énergie. Le pétrole est revenu en surabondance, et toute idée de la nécessité de développer des alternatives semblait avoir été effacée de la conscience publique.
En 1975, j’étais expert-conseil à l’énergie au sous-comité à l’Énergie et à l’Environnement de l’ancien membre du Congrès Morris Udall, au sein du Comité Intérieur de la Chambre des Représentants des États-Unis. J’ai écrit des discours et ai organisé des réunions publiques pour Udall, pendant les huit mois de sa course à la présidence.
Je l’ai aidé à développer une politique de l’énergie qui ressemblait fort à celle que le Président Jimmy Carter a commencé à mettre en œuvre à la fin des années 70 et qui a été poursuivie par l’administration Clinton.
Cette politique prend en compte les statistiques sombres pour les décennies à venir, qui veulent que l’énergie sera extrêmement polluante et coûteuse, si nous ne commençons pas à renoncer aux carburants fossiles et à l’énergie nucléaire, en tant que sources principales de production de l’électricité. Nous demandons également des contrôles stricts des émanations. Ces avancées ont été possibles malgré un aveuglement sous-jacent énorme, et malgré la résistance aux solutions novatrices face à la crise mondiale qui continue.
Même quelques organisations techniques et politiques de pointe dans le domaine de l’énergie et de l’environnement, tel le Rocky Mountain Institute et l’Union of Concerned Scientists, semblent s’être résignées à des changements lents et modestes – l’utilisation plus large de sources d’énergie traditionnelles et renouvelables (soleil, vent, hydrogène, biomasse et autres) et l’augmentation du rendement des voitures ne sont que des réformes graduelles. À long terme, ni l’approvisionnement limité en combustibles fossiles, ni la toujours plus mauvaise qualité de l’environnement ne pourront plus être ignorés. Les problèmes des années 70 sont devenus de vrais défis pour les années 90.
Il y a deux décennies, la perception fugitive du public de l’existence d’un vrai problème lié à l’énergie aida à la création d’un Ministère de l’Énergie (Department of Energy = DoE). Il était censé apporter son soutien à la recherche et au développement de sources alternatives d’énergie. Mais le DoE s’est surtout investi à transvaser du vieux vin bureaucratique dans de nouvelles bouteilles, en conciliant les intérêts personnels des lobbies des combustibles fossiles avec ceux du nucléaire.
Et aujourd’hui, il m’est devenu clair que très peu de véritables progrès ont été faits pour faire cesser notre abus de l’énergie et de l’environnement. Plutôt que de nous tourner vers le futur à la manière du projet Manhattan ou Apollo, nous maintenons les droits acquis avec les combustibles fossiles, les moteurs à combustion interne et l’énergie nucléaire, et nous continuons d’amener l’électricité à partir des grandes centrales, à travers un horrible réseau quadrillé qui peut représenter un danger majeur pour la santé (pollution électromagnétique des lignes). Alors, pourquoi n’avons-nous rien entrepris contre tout cela ? Passer à l’énergie libre, propre, permettrait de régler presque entièrement les problèmes de la pollution de l’air, du réchauffement général dû aux émissions de dioxyde de carbone, de la chaleur perdue, des feux écocides de Saddam Hussein, des ciels noirs, des marées noires, des pluies acides, du dioxyde d’azote, de l’anhydride sulfureux, des émissions d’hydrocarbures et d’ozone, des installations hideuses des puits de pétrole et des raffineries, des pétroliers géants, des stations-service, des centrales électriques, des câbles de transmission, et de tout le reste.
L’utilisation de l’énergie libre apaiserait aussi notre soif de pétrole et de gaz naturel. Cette soif épuise les précieuses richesses de la terre à un rythme alarmant. Cette veine de ravitaillement, qui s’est constituée pendant des dizaines, voire des centaines de millions d’années à l’intérieur de la croûte terrestre, a été pompée avidement, sans soucis pour nos lendemains. L’extraction et la consommation de pétrole ont plus que triplé depuis le début de la crise de l’énergie. Près de la moitié du pétrole disponible et plus de la moitié du gaz naturel ont déjà été extirpés de nos meilleurs gisements et brûlés presque en l’espace d’une seule génération !
Au rythme actuel de la consommation, les réserves en pétrole des États-Unis suffiront à peine dix ans, et les réserves mondiales, quarante. Même si ces réserves s’avéraient être deux fois plus abondantes que ne le disent les estimations, nous serons à court de pétrole vers la moitié du vingt et unième siècle, et d’ici-là, les prix vont inévitablement monter en flèche.
Ces faits ont été ignorés par nos politicards de l’énergie. En fait, nous empruntons la Terre de nos enfants, au lieu d’être les dignes successeurs de nos parents. Un consensus écologique est en train d’émerger : Nous devons arrêter d’agir ainsi et construire un avenir qui entretienne la vie.
La conversion à l’énergie de l’espace aurait un impact économique énorme.
L’utilisation de l’énergie électrique à travers le monde rapporte aujourd’hui huit cents milliards $ chaque année, soit le double depuis l’époque où, il y a vingt ans, naquit une prise de conscience de la crise énergétique qui presque aussitôt fut repoussée dans l’ombre. Ce chiffre renversant représente plus du double de celui que fait l’industrie automobile, et est comparable à la somme que paient chaque année les contribuables des États-Unis à un gouvernement criblé de dettes.
Les infrastructures mondiales de l’énergie, qui sont surtout tributaires de la combustion de pétrole, de gaz naturel et de l’utilisation d’éléments radioactifs, consomment environ deux billions $ chaque année, un chiffre si élevé qu’il est difficile de s’imaginer l’ampleur de notre dépendance à nous tous. Durant le temps qu’il vous faut pour lire cette phrase, le monde brûle pour un million $ de combustibles fossiles et nucléaires pour fournir l’électricité aux appareils, au chauffage, à la réfrigération, et aux moyens de transport.
Au début des années 80, alors que j’étudiais les concepts avancés de l’énergie spatiale à la Science Application International Corporation, j’ai bien compris que toute idée radicalement nouvelle dans le domaine de l’énergie aurait beaucoup de mal à s’imposer, car elle se heurterait aux intérêts matériels du gouvernement US et des industries bien établies.
La plus grande partie des milliards $ des fonds pour la recherche et le développement du Ministère de l’Énergie, sont toujours investis dans des projets d’extension de l’utilisation des combustibles fossiles et de l’énergie nucléaire. Lorsque j’étais analyste en politique scientifique, j’ai appris que les projets du gouvernement pour la recherche et le développement ne représentaient qu’une infime partie au sein de la grande puissance politique et économique ; les projets d’aujourd’hui seront demain des réalités de multi-milliards $. A partir du moment où un projet dépasse le milliard $, ce projet devient source d’intérêts spécifiques pour des entrepreneurs dans les circonscriptions électorales, et ainsi de suite. Cette règle semble l’emporter quelle que soit la qualité du projet.
Le projet en recherche et développement le plus grand et le plus ambitieux du Ministère de l’Énergie est le concept de la – toujours non contrôlable – fusion « chaude », qui a coûté plus d’un milliard $. La fusion chaude entraînerait à la fois l’implantation de grandes centrales et une pollution accrue due à l’excès de chaleur, à la radiation, et au réseau de distribution électrique. Une autre part importante des fonds du Ministère de l’Énergie est consacrée à la physique des hautes énergies et à la recherche pour l’armement, qui ne sont pas en relation directe avec la production de l’énergie.
Des sommes beaucoup plus faibles vont au développement de sources solaires et autres sources alternatives, et à la réduction de la consommation énergétique. Rien – pas un seul sou – des fonds publics américains (hormis les budgets noirs dont nous ne savons rien) n’est investi pour la source de l’énergie qui, je crois, va changer notre manière d’appréhender les choses : l’énergie libre qui nous entoure.
Un intérêt profondément enraciné est devenu tellement puissant que nous semblons aveugles à tout nouveau concept, et surtout à des concepts aussi radicaux comme « l’énergie libre » et la fusion froide. Nous paraissons plus intéressés à polémiquer de savoir si ces découvertes sont vraies, plutôt qu’à vouloir saisir une occasion en or.
Bref, nous semblons nous être enfoncés dans une fausse notion de la sécurité, continuant de créer des infrastructures d’énergie abusives, qui détruisent la Terre et nous-mêmes. Nous nous sommes créé une « prison électrique », et nous sommes de plus en plus coincés dans un réseau malsain de fils invisibles et de stations-essence,dans le bourdonnement incessant des moteurs à combustion interne et autres équipements liés à l’énergie, qui polluent le paysage, les ciels et les océans.
Comme la grenouille qui cuit à petit feu dans l’étang où la température monte peu à peu, nous nous sommes petit à petit habitués à notre prison électrique. Coincés dans le réseau, nous avons oublié combien un environnement plus supportable, comme celui d’il n’y a pas plus de vingt ans, pouvait nous être bénéfique. J’habite dans les forêts reculées des Cascades dans l’Oregon, et je peux témoigner de tous les avantages qu’offre un environnement calme et propre.
C’est la première fois dans notre histoire que nous avons autant dilapidé nos ressources énergétiques en un si court laps de temps, et la plupart d’entre nous ne l’ont pas réalisé. Nous devons arrêter de maltraiter la Terre si nous voulons survivre.
La crédibilité de l’énergie spatiale est déjà avalisée par beaucoup d’informations théoriques et expérimentales. J’ai été surpris de voir combien ces pionniers, qu’ils soient théoriciens, expérimentateurs ou inventeurs dans le domaine de l’énergie libre, ont une connaissance large et profonde, surpris par leur dévouement et leur professionnalisme et par leurs réussites. Ils sont les explorateurs d’une nouvelle réalité. Ils sont mis en marge du courant scientifique majoritaire, car celui-ci renie cette réalité ; mais ce déni est basé sur un raisonnement des plus superficiels.
Beaucoup de nos inventeurs et chercheurs en énergie libre ne ressemblent en rien à l’habituelle image stéréotypée de l’inventeur bricoleur excentrique, isolé dans son garage et qui a probablement tout faux. Non, ils sont titulaires d’un doctorat et travaillent dans des institutions traditionnelles, comme Shiuji Inomata aux Laboratoires Électrotechniques à Tsukuba (la « Cité de l’Espace » du Japon). Cela fait trente-cinq ans qu’il y est employé à plein temps par le gouvernement.
En Inde, Paramahamsa Tewari occupe un poste prestigieux au gouvernement en tant qu’ingénieur directeur de projet dans la plus grande centrale nucléaire en construction dans ce pays. Ces deux gouvernements ont permis à ces deux hommes de construire leurs appareils à énergie libre (basés sur le concept de Bruce DePalma), – chose qui aurait été impensable dans un laboratoire du Ministère de l’Énergie aux États-Unis.
Dernièrement, le Dr Inomata fit une conférence pour des dirigeants du monde politique et industriel (plus de six cents professionnels sont venus à son dernier séminaire), et la Toshiba Corporation a débloqué deux millions $ pour le développement d’aimants supraconducteurs destinés à son nouveau générateur unipolaire. Comme le Japon est quasi totalement dépendant du pétrole étranger pour ses besoins en énergie et en transport, il a peu à perdre et beaucoup à gagner en commercialisant l’énergie libre de l’espace environnant. Ceci pourrait être une nouvelle occasion manquée pour bien des pays, et même conduire le Japon à une autre opportunité de dominer le marché avec des produits issus de leur approche prévoyante. Quand apprendrons-nous jamais la leçon ?
Il n’y a que peu d’autres scientifiques qualifiés qui consacrent du temps à étudier et à se familiariser avec l’énergie libre : la plupart des détracteurs bruyants n’ont que faire de ces recherches. Ils sont coincés entre la pression exercée par leurs collègues et la pression financière, et limités par leur parti pris de ne pas explorer ce qui ne relève pas de leur spécialité. Je sais ce que je dis : j’en étais !
Les sceptiques font l’erreur très répandue de croire que si ces machines existaient vraiment, ils en auraient entendu parler. L’histoire de la Science est remplie d’histoires d’exemples de leaders scientifiques qui – pour des raisons parfois purement émotionnelles – se moquent des nouvelles idées à cause de cette supposition. Ultérieurement, il s’avère qu’ils se sont trompés. Bien sûr, tout ceci n’a absolument rien à voir avec la science et la rationalité, mais cela signifie que le syndrome du rejet commence chez les scientifiques eux-mêmes.
Les représentants du gouvernement et des médias s’adressent aux scientifiques pour leur information, et de ce fait, eux aussi ignorent l’essentiel. Par exemple, un journaliste du Washington Post a interviewé plusieurs d’entre nous sur le thème de l’énergie de l’espace (ou énergie libre), lors d’un symposium sur les Nouvelles Énergies. À la place des informations très approfondies que nous avions données au journaliste, la seule chose qui ait été publiée fut une biographie de Nikola Tesla légère et sans engagement.
Il semble que ce soit d’emblée que ces porte-parole de l’establishment décident de ce qui peut être crédible – ce qui n’a rien à voir avec la vérité. Un seul coup de fil d’un journaliste reconnu à un ponte du traditionalisme comme Carl Sagan, par exemple, peut étouffer un article. Malheureusement, même nos sources d’informations, les plus vénérables n’ont pas le pouvoir de dire la vérité, et c’est pourquoi la science progresse si lentement.
Alors pourquoi n’avons-nous pas adopté l’énergie libre bien que nous la connaissions depuis si longtemps ? Pourquoi avoir mené des guerres du pétrole – dans le Golfe, en Somalie et même au Viêt-nam ? Pourquoi avoir mal employé un nombre infini de billions $ et sacrifié des vies humaines et notre environnement, et pourquoi continuer à agir de la sorte, alors que, de toute évidence, nous pouvons cesser nos activités autodestructrices ?
Comment se fait-il que tous ces décideurs aient réussi à nous isoler complètement de l’énergie libre et qu’il n’y ait toujours aucune machine sur le marché ? Après tout, la technologie nécessaire à sa construction n’est probablement pas bien loin de notre portée. Ce projet est vraisemblablement beaucoup moins provocateur sur les plans technique et financier que ne le furent les projet Manhattan quand les scientifiques développèrent la bombe atomique, ou le programme Apollo quand il s’agissait pour les scientifiques et les ingénieurs d’envoyer des gens sur la lune, ou que ne l’est le projet Tokamak sur la fusion chaude à Princeton, qui est toujours très loin du seuil de rentabilité. Des inventeurs ont apparemment montré des résultats avec l’énergie libre en dépensant seulement quelques milliers $ – au lieu des milliards et des billions dépensés à perpétuer des méthodes plus traditionnelles. Pourquoi a-t-il fallu attendre si longtemps pour que l’argent coule dans des directions sensées ?
En d’autres termes, comment fut-il possible de réprimer les technologies de l’énergie libre de manière aussi radicale et aussi hermétique pendant si longtemps ? Si nos gouvernements et nos scientifiques ignorent l’évidence, pourquoi les forces du marché n’en ont-elles pas eu vent et fait avancer activement les choses ? Il semble que chacun attende que l’autre fasse le premier pas.
Je suis arrivé à une conclusion que je croyais précédemment invraisemblable : le Syndrome de la Répression s’infiltre dans chaque aspect de tout nouveau développement révolutionnaire. Habituellement, plus un projet est radical, plus les forces de répression sont fortes.
Par exemple, la plupart des inventeurs ont des difficultés financières ou ont été payés pour qu’ils gardent leurs secrets de fabrique sous le manteau. Partant, ils sont coupés du partage des connaissances au sein des équipes interdisciplinaires qui, elles, deviendront nécessaires, je crois, au développement de cette nouvelle industrie. À mon avis, il nous faudra un financement modéré de peut-être quelques dizaines de milliers $ afin de pouvoir réaliser les percées nécessaires.
Je ne suis pas d’accord avec ceux qui considèrent ces découvertes, capables de renverser des paradigmes, comme le résultat d’une pure compétition du secteur privé – comme une course de chevaux qui serait motivée par la chance de voir qu’un système particulier pourrait sortir vainqueur, ce qui rapporterait des millions ou des milliards $ à des investisseurs chanceux. Dans une telle situation de compétition, le développement d’autres systèmes à énergie nouvelle échoue, à cause d’un mauvais timing, ou de financement insuffisant, ou à cause d’autres répressions.
Dans notre système économique, tout tourne autour des profits et des pertes.
Dans le monde occidental, tout l’ensemble des dénis chez les scientifiques et des secrets jalousement gardés dans l’industrie nous mène à une impasse. C’est un système complètement débile !
Dans l’ensemble, la plupart des inventeurs et des chercheurs dans les domaines de l’énergie libre manquent d’argent, et c’est pourquoi les progrès sont si lents. Devenir millionnaire à l’idée d’être parmi les premiers à développer un modèle commercial est une perspective qui encourage les cachotteries et la répression. Afin de remplacer ces méthodes du tout ou rien, je propose le développement de stratégies de financement où chacun y gagnerait, et le cancer de la répression serait tout comme éliminé. (Parce que nous avons peur de ce que nous ne connaissons pas, nous réprimons ce dont nous avons le plus besoin.)
Les partisans de l’énergie libre semblent confrontés à trois problématiques majeures :
1. Les répressions de toutes sortes ont bloqué avec succès la mise à disponibilité des nouvelles technologies énergétiques.
2. La capacité pour l’énergie libre de remplacer les infrastructures existantes va entraîner des déplacements d’emplois, de revenus et de pouvoir à un degré sans précédent dans notre économie.
3. L’abus de la technologie de l’énergie libre pourrait conduire à une surconsommation ou à son utilisation en tant qu’arme de guerre. Cependant, des appareils sûrs peuvent être conçus. Je pense que ce risque d’abus n’est pas une raison suffisante pour arrêter ou réprimer cette technologie.
La mise à disposition de l’énergie libre et propre est trop importante pour la planète et pour nous-mêmes pour que nous puissions nous en dispenser. Mais il nous faut définir des normes pour une juste utilisation, afin de respecter les lignes de conduite les plus rigoureuses pour l’équilibre de tout notre environnement. Il nous faut être des créateurs responsables – ayant tiré les leçons de leurs abus de l’énergie nucléaire, par exemple.
Je pense vraiment que cette technologie va envahir rapidement le marché mondial, une fois que les appareils à énergie libre auront été testés comme d’habitude pour leur respect de l’environnement, leur confort et leur moindre coût. Nous connaissons tous les retombées importantes que d’autres inventions ont eues dans nos vies : des inventions comme celles de l’électricité, du téléphone, de l’automobile, des avions, de la télévision, des transistors, des ordinateurs, pour n’en nommer que quelques-unes.
Les développements de l’énergie libre dans un futur proche auront même un effet plus profond qui va transcender les principes monétaires. En effet, le Choc du Futur est là, et la plupart d’entre nous semblent mal éduqués pour faire face aux déplacements inévitables qui auront lieu à cause d’une industrie de multi-billions $ devenue obsolète.
Peut-être la plus grande répression est-elle notre peur (surtout inconsciente) de l’inconnu qui nous attend de l’autre côté du changement. C’est pourquoi nous voulons renier le changement aussi longtemps que possible, jusqu’à ce que les perspectives deviennent tellement claires que nous ne pouvons plus les ignorer.
Nous sommes à un tournant décisif dans nos sciences et technologies, si à l’heure où nous pouvons renverser les paradigmes, la société culturelle que nous sommes décide de passer d’un ensemble de vérités ou réalités à un autre. L’ancienne théorie de Newton est en train de suivre la voie qu’a connue l’ancienne conception d’une société qui persistait à croire que la terre était plate, et, pourtant, la pensée prédominante dans notre conscience est toujours celle de Newton.
Lorsque le changement se fera, cette vieille vision du monde donnera lieu à des regrets et à des lamentations. Selon les études officielles sur les étapes du processus de la désolation, il semble que la plupart d’entre nous passeront très vite de nos dénis habituels à la colère, puis aux négociations, puis à la dépression, et finalement à l’acceptation du nouveau monde.
Je suis presque sûr que, dès que les révélations de ces nouvelles énergies commenceront à secouer le monde orthodoxe et ses structures économiques fragiles, beaucoup d’entre nous vont être très en colère ou avoir très peur – la colère comme résultat d’une confiance abusée ou la peur de la transition dans le nouveau paradigme. Un autocollant pour voiture dit ceci : « La vérité te donnera la liberté, mais d’abord, elle va t’en faire chier ! » Personnellement, je crois que je suis passé au stade entre la dépression et l’acceptation.
Le défi n’est pas de décider si oui ou non l’énergie libre existe. Elle est. Par contre, il concerne notre volonté collective de vouloir sortir de notre ignorance, de notre prison électrique, de l’écocide, de l’impasse, de la rigidité newtonienne, de notre cupidité et de nos droits acquis.
Maintenant, je pense que vous pouvez comprendre pourquoi je crois que ce livre est si important. Jeane Manning m’a dit un jour sincèrement :
« La révolution de l’énergie pourrait toucher profondément la vie des gens – dans leurs choix pratiques de tous les jours – parce qu’une énergie décentralisée est synonyme de liberté. Elle nous rendra capables d’assainir notre environnement, et nous enlèvera notre sentiment d’impuissance. Les constructeurs de méga projets n’ont maintenant plus rien sur quoi s’appuyer lorsqu’ils prétendent que leurs projets sont nécessaires. »
Et elle continue : « Les gens doivent reprendre eux-mêmes leur pouvoir au niveau individuel et local. Le gouvernement ne leur renverra pas ce pouvoir sous pli affranchi. La structure fiscale tout comme les installations électriques devront être remplacées, à cause de tous ces tentacules liés à l’énergie, qui partent des capitales et des centres financiers comme Wall Street pour venir piocher dans le portefeuille des citoyens. »
« Le monde académique ne travaille pas toujours pour les personnes ou pour la planète.
Les employés et les entrepreneurs (surtout ceux du Ministère de la Défense) se disputent les subventions et les contrats et apprennent à penser comme le dicte le système pour ne pas être rayés de le liste. »
Je suis entièrement d’accord avec elle, et mon expérience des trente dernières années me le confirme. Jeane Manning est une journaliste très qualifiée qui étudie la scène des nouvelles énergies depuis 1982. Elle apporte une perspective internationale à ce sujet, puisqu’elle est en contact permanent avec beaucoup d’inventeurs, de théoriciens, et d’autres travailleurs faisant partie du réseau dans une douzaine de pays. Elle a suivi plus de vingt congrès sur le thème de l’énergie en Suisse, en Allemagne, au Canada et aux États-Unis. Elle a une licence en sociologie, et a travaillé comme assistante sociale, comme reporter, directeur de journal, chroniqueur, et comme membre de la rédaction d’un magazine. Sa motivation à négliger les échelons de sa carrière pour se tourner vers un tel sujet de l’extrême repose sur sa préoccupation pour l’environnement. Elle a été en harmonie avec la nature toute sa vie durant : elle est née en Alaska près du Prince William Sund alors à l’état vierge, et a grandi à la campagne près de Cœur d’Alène, dans l’Idaho. Que ce soit au Colorado, en Colombie-Britannique ou ailleurs, Jeane se dirige toujours vers des cadres naturels pour y vivre.
Jeane m’a dit qu’elle s’était fait un vœu en 1982, lorsqu’elle a vu tourner pour la première fois un moteur magnétique non orthodoxe : « Si cela est vraiment vrai, alors je veux en parler au public quand le temps sera venu. Nous n’aurions plus besoin d’endiguer des cours d’eau naturels ou d’empoisonner l’air. »
Le temps est venu pour en informer le monde. Dans notre intérêt à tous, j’espère seulement que son vœu concernant l’environnement se réalisera vite. Elle est la première journaliste expérimentée à parler de cet important sujet, négligé jusqu’ici, dans un livre, et il répond à un besoin exceptionnel.
D’autre part, Jeane est une femme et une mère. Dans une industrie où l’homme est roi, on a grandement besoin du point de vue féminin comme voix pour des changements positifs. Si nous voulons jeter un pont entre les paradigmes pour réaliser nos rêves, ceci ne se fera pas simplement par ces technocrates, scientifiques, ingénieurs, et par les médias traditionnels qui ont été les premiers à nous mettre dans cette situation embarrassante, ne l’oublions pas : Un problème peut être résolu par la même conscience qui l’a créé, disait Albert Einstein*.

J’espère que vous prendrez autant plaisir à lire L’énergie libre et technologie que j’en ai eu moi-même. Jeane Manning présente une vue objective d’une technologie réalisable qui attend dans les coulisses de pouvoir s’exprimer – une technologie qui, je crois, va conduire à un nouveau seuil de conscience sur notre planète.”

Dr Brian O’Leary,
Physicien et ancien astronaute

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher
Compteur de visite
Mes Statistiques
Calendrier
décembre 2015
L M M J V S D
« Nov   Jan »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031